Ne pas être surpris par les délais de jouissance des SCPI

Avant de réaliser un investissement en parts de SCPI, il est important d’en connaitre les caractéristiques principales. Qu’il s’agisse du prix de souscription, de la rentabilité de la SCPI ou encore de la fréquence de versement des loyers, toutes les caractéristiques doivent être prises en compte.

L’investissement en parts de SCPI comporte donc des caractéristiques qui peuvent également constituer des contraintes. Au nombre de celles-ci, le délai de jouissance imposé par les SCPI.  Qu’est ce que le délai de jouissance et en quoi consiste t’il ? Quel est son rôle et son impact dans le cadre d’un investissement en SCPI ? Nous essayerons de répondre à ces différentes interrogations.

SCPI : délai de jouissance

Pour rappel, la SCPI est un véhicule d’investissement en immobilier qui dans les fait, permet d’intégrer les épargnants au capital d’une société (ce qui en fait des associés) disposant d’un parc immobilier large et diversifié. 

De ce fait, l’investissement se fait par l’acquisition de « parts » dont le prix de souscription est fixé par la SCPI en tenant compte d’un certain nombre de règles établies. Les premiers loyers ne sont reversés à l’investisseur qu’après le respect d’un « délai de jouissance ».

Qu’est-ce que le délais de jouissance ?

Pour tout investissement en SCPI, les investisseurs se voient appliquer un délai de jouissance. Peu connu du public, le délai de jouissance est le délai fixé par la SCPI et qui sert de référence pour le calcul et le versement des premiers loyers générés par l’investissement. En d’autres termes, le délai de jouissance correspond au décalage observé entre la date d’investissement et celui de la comptabilisation des dividendes générés par celui-ci.

Il est généralement exprimé en mois. Durant cette période, l’investisseur ne perçoit pas de revenus.

Cas concret de délais de jouissance

Monsieur et Madame X, procèdent à l’acquisition des parts de SCPI du marché le 23/12/2020 dont le délai de jouissance est de 5 mois pour un versement trimestriel à terme échu des dividendes.

Les parts investies porteront donc jouissance conformément au délai de jouissance, le premier jour du sixième mois, soit le 01/06/2020. Les premiers loyers seront donc versés à la fin du mois de septembre.

Pourquoi instaurer un délai de jouissance ?

Comme dit plus haut, le délai de jouissance correspond au décalage temporel entre la date de souscription et le versement des loyers. 

En réalité, les SCPI mettent en place ce délai afin de se laisser un délai pour investir les capitaux collectés sans pour autant rogner sur la rentabilité des associés déjà présents.

Il faut savoir que, vu qu’il s’agit d’un investissement immobilier, il est important pour la SCPI de prendre le temps de sélectionner des opérations rentables et ayant un fort potentiel de revalorisation ou de génération de revenus. Les capitaux sont donc investis sur des supports peu rémunérateurs mais disponibles. Le délai de jouissance est un critère important dont il faut tenir compte. En effet, il a un impact sur le niveau de revenus perçus par l’investisseur ; celui-ci est réduit la première année de l’investissement.

Si vous envisagez un investissement en SCPI à crédit, il importe également d’en tenir compte pour le remboursement des mensualités, etc. Il convient donc en tant qu’investisseur, que ce soit pour une opération en cash ou à crédit, d’en tenir compte afin de ne pas être surpris.