résidence étudiante

Actuellement, notre contexte économique ne nous permet pas de prétendre à des rendements intéressants sur la plupart des fonds euros, dont la majorité offre des rendements relativement bas.

Avec un rendement aussi faible, ces fonds sont équivalents au livret A et ses 0.75%. C’est pourquoi bon nombre d’investisseurs se tournent vers l’immobilier, telles que les résidences étudiantes, ou encore la SCPI, proposant un rendement plus attractif pour un risque peu élevé et une fiscalité avantageuse.

Le marché de la résidence étudiante : une demande élevée pour une offre insuffisante

Le marché de la résidence étudiante se caractérise par une forte demande, augmentant chaque année davantage, et une offre qui reste beaucoup trop faible.

En effet, tous les ans, plus de 2,5 millions d’étudiants sont à la recherche d’un logement leur permettant de se rapprocher de leur lieux d’étude tandis que le Crous et autres cités universitaires ne proposent que 165000 chambres sur toute la France.

Ce constat est alarmant, c’est pourquoi de nombreuses résidences privées ont vu le jour ces dernières années bien que cela reste encore insuffisant. Ce marché est donc assuré de se développer et de présenter des perspectives très attractives pour les investisseurs.

La fiscalité de la résidence étudiante: devenir loueur en meublé non professionnel

Investir en résidence étudiante permet de bénéficier d’une fiscalité avantageuse et bien spécifique. Tandis que les loyers provenant de la location d’un bien nu sont imposés aux titres des revenus fonciers, ceux provenant d’une location meublée, comme la résidence étudiante sont imposés au régime des bénéfices industriels et commerciaux (BIC). Ce régime est dû au statut obtenu par l’investisseur en résidence étudiante qui est celui de loueur en meublé non professionnel (LMNP).

Ce statut peut s’obtenir en investissant dans une résidence senior, une résidence de tourisme, en EHPAD etc. et offre de nombreux avantages. Le premier est de pouvoir déduire des loyers perçus toutes les charges inhérentes au bien, les intérêts d’emprunt ainsi que l’assurance du prêt mais surtout un amortissement de 80% minimum de la valeur du bien sur 20 à 30 ans.

Ainsi, les revenus BIC sont faibles voire nuls, permettant d’avoir un investissement fiscalement neutre. Le LMNP permet aussi la récupération de la TVA : lors de l’acquisition du bien, l’investisseur va payer une TVA qui lui sera remboursée par l’Etat mais il reçoit aussi la TVA sur les loyers qui sera à rembourser tout naturellement à l’Etat.

L’avantage du bail commercial en résidence étudiante

Lorsqu’un investissement est fait en résidence étudiante, l’acquéreur va signer un bail commercial avec le gestionnaire de. Le principe est simple, ce n’est pas le locataire à proprement dit qui va régler les loyers à l’investisseur mais le gestionnaire. Ce bail commercial garantit le versement des recettes locatives, et ce même si la résidence en question viendrait à fermer. Plusieurs détails du bail sont cependant à prendre en compte:

– l’article 605-606 du Code Civil concernant la répartition des charges d’entretien et de réparation entre l’investisseur et le gestionnaire.

– la durée du bail: en résidence étudiante, la durée du bail est de 9 ans ferme, sans échéance triennale comme pour la résidence senior par exemple.

– la revalorisation du loyer: effectuée tous les ans en fonction d’un indice INSEE