Les SCPI sortent vainqueurs de la crise de 2020, malgrés quelques séquelles. Qu’en est-il de l’année 2021 et de 2022 ? Leurs performances seront-elles encore au rendez-vous ?

En 2020, les Sociétés Civiles de Placement Immobilier ont prouvé encore une fois leurs capacités à résister à une crise d’envergure internationale. Leur taux de rendement s’inscrit en baisse (4,18 %), certes, mais il se trouve toujours à un niveau largement supérieur à celui des placements qui ont un niveau de risque similaire.

Vu les résultats SCPI du premier trimestre 2021, les épargnants se demandent si l’année 2021 sera encore meilleure. Et qu’en sera-t-il de 2022 ? Des éléments de réponses concrets avec des chiffres officiels de l’ASPIM-IEIF dans cette rubrique.

Chaque année, l’ASPIM-IEIF publie les chiffres clés du marché des SCPI et des OPCI Grand Public. En 2020, ces deux véhicules d’investissement ont atteint des rendements respectifs de 4,18 % et + 1,33 %. Les SCPI enregistrent donc une baisse de performance globale sur un an. Elle passe de 5,60 % à 5,30 %.

Le taux de rendement des SCPI a également chuté en 2020 par rapport à l’exercice précédent : 4,18 %, contre 4,40 % en 2019. Il reste toujours à un niveau appréciable. À noter que le Livret A délivre chaque année un rendement figé à 0,50 %. De son côté, le fonds euros en assurance-vie étant rémunéré entre 1,20 % et 1,80 %. Il affiche un taux moyen de 1,08 % en 2020, contre 1,33 % en 2019.

Indéniablement, la SCPI demeure le meilleur placement en termes de rendement / risque. Il en existe différentes formes. Les SCPI de rendement sont les plus souscrites du fait qu’elles sont accessibles à tous profils d’investisseurs. Vous pouvez acheter des parts avec un petit budget à partir de 1 000 €.

Bien entendu, les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Personne ne peut dire le contraire. Il est impossible de prédire les rendements des SCPI pour 2021 et 2022. Il faudra encore attendre les prochains bulletins trimestriels et rapports annuels de gestion pour connaître la suite de l’histoire des SCPI.

Le dernier bilan publié par l’ASPIM-IEIF montre clairement que le rebond de la collecte des SCPI se poursuit au 1er trimestre 2021. Rappelons que leur volume de capitalisation a grimpé à 1,56 milliard d’euros au 4e trimestre 2020. Plus concrètement, il a progressé de 54 % par rapport au trimestre précédent. Au 31 mars 2021, les SCPI parviennent à drainer 1,68 milliard de collectes, soit une hausse moins importante de 6,1 % par rapport au T4 2020.

Contre toute attente, les SCPI de bureaux représentent plus de 38 % de la collecte enregistrée au 1er trimestre 2021. En revanche, elles se trouvent en dernière position en termes de rendements : 4,04 %, contre 4,82 % pour les SCPI diversifiées.

En ajoutant le taux de variation de leurs parts à ce résultat (+ 1,40 %), les SCPI de bureaux gagnent du terrain, et se placent juste derrière les SCPI diversifiées. Elles affichent ainsi une performance globale de 5,44 %, contre 5,73 % pour les SCPI diversifiées.

Les SCPI diversifiées affichent toujours le meilleur taux de rendement par rapport à leurs cousines : 4,82 %, contre 4,67 % pour les SCPI commerces et 4,41 % pour les SCPI spécialisées.

Une SCPI de rendement fonctionne de la manière suivante :

  • Elle récolte des fonds auprès des investisseurs (particuliers ou professionnels) à travers des campagnes de souscription.
  • Elle réinvestit les fonds récoltés dans l’acquisition de nouveaux actifs immobiliers en suivant la stratégie instaurée par la société de gestion.
  • Les actifs immobiliers (détenus en direct ou indirect) sont loués à des PME, TPE ou autres groupes solides financièrement.
  • Les revenus locatifs générés par les biens exploités sont convertis en dividendes.
  • Les porteurs de parts récupèrent les fruits de leurs investissements chaque trimestre après un délai de 4 ou 6 mois pour les nouveaux associés (voir la page sur le délai de jouissance des parts).
  • La société de gestion d’une SCPI publie trimestriellement des bulletins d’informations par souci de transparence envers les porteurs de parts.

Le TDVM (ou Taux de Distribution sur Valeur de Marché) reste l’un des paramètres à prendre en considération. Idem pour le TOF (ou Taux d’Occupation Financier), le TRI (Taux de Rentabilité Interne) et le RAN (Report à Nouveau).

Pour trouver une SCPI adaptée à vos objectifs, contactez un expert sur Portail-SCPI.fr. Sachez que certaines catégories de SCPI ne distribuent pas de dividendes trimestriels. C’est notamment le cas des SCPI de plus-values ou de capitalisations. Les SCPI fiscales, quant à elles, génèrent de faibles revenus (entre 1 et 3 %), en contrepartie d’un taux de réduction d’impôt (2 % par an pour une SCPI Pinel).

Antoine Cesari
[email protected]

Expert patrimonial en activité depuis 2010. Spécialisé en immobilier (SCPI, LMNP, Pinel) et produits financiers (Plan Epargne Retraite, Assurance-Vie). Diplômé du Master Finance de l'Ecole de Management Léonard de Vinci.

CIF : E009507 Orias : 20009087