Macron et SCPI

Le succès des SCPI ne fait plus aucun doute. La fiscalité de ce support d’investissement reste toutefois une des questions sur lesquelles les investisseurs se penchent. Cela est d’autant plus important maintenant que l’on a procédé à l’élection d’un nouveau Président.

Le remplacement de l’Impôt de Solidarité sur la Fortune

Il est déjà connu de tous, que Macron en ce qui concerne l’ISF, préconise sa suppression et la mise en place d’un Impôt sur la Fortune Immobilière (IFI) qui ne prendrait donc en compte que le patrimoine immobilier des contribuables ; ce qui aura pour conséquences, d’exonérer d’ISF, les SCPI, puisqu’étant considérées comme étant des placements financiers.

Et l’Impôt sur le Revenu ?

Dans le cadre de l’impôt sur le revenu et l’ensemble des revenus du capital mobilier, le nouveau président préconise l’instauration d’une flat tax (Prélèvement Forfaitaire Unique) sur les revenus de l’épargne (dividendes, intérêts, plus values) en remplacement des prélèvements existants. En outre, pour les produits d’épargne, les contribuables auront toujours l’option d’une imposition à la TMI, ce qui permettra d’exonérer certains contribuables de l’impôt sur le revenu ; ceux ci n’auront donc plus qu’à s’acquitter que des prélèvements sociaux, donc la flat tax.

Imposition des SCPI: que propose Macron ?

Pour ce qui relève des revenus fonciers, donc des contribuables qui perçoivent des loyers, la question de la fiscalité n’est pas tranchée. A l’heure actuelle, les porteurs de parts de SCPI ne sont pas encore fixés sur l’imposition des SCPI.

Emmanuel Macron prévoit relancer l’investissement des entreprises, ce qui va augmenter la demande en bien immobilier et donc mettre plus en avant à la fois le patrimoine immobilier des SCPI et les SCPI elles même.

En résumé, l’imposition des SCPI n’est toujours pas clairement définie. Les prochains mois apporteront sans doute des éclairages et des précisions sur ce sujet important pour tout investisseur en SCPI .