SCPI DE DÉFICIT FONCIER

Qu’est-ce qu’une SCPI de déficit foncier ?


    Un expert à votre disposition pour investir en SCPI

    L’investissement en SCPI de déficit foncier consiste à acheter des parts d’une SCPI gérée par une société de gestion. Cette dernière investit dans des biens immobiliers en mauvais états nécessitant une rénovation et générant des charges qui se soustraient aux revenus fonciers de l’investisseur. Elles constituent de ce fait un déficit foncier. Il s’agit donc d’un investissement permettant de défiscaliser une partie des revenus fonciers de l’investisseur.

    Dans un investissement en SCPI de déficit foncier, la quote-part des travaux représente 40 à 60% de l’investissement global. Ces dépenses de travaux peuvent être imputées par l’investisseur en tant que déficit foncier sur une période de 1 à 3 ans. Pour profiter de cette déduction fiscale, l’investisseur doit conserver ses parts au moins trois ans après la dernière année de défiscalisation. Il convient de bien sélectionner la SCPI de déficit foncier avec un professionnel de la gestion de patrimoine.

    La SCPI de déficit foncier génère un avantage fiscal grâce aux travaux réalisés dans les biens immobiliers acquis par la SCPI. Dans le cadre des revenus fonciers, il est effectivement possible de créer du déficit foncier grâce à des charges. Les travaux génèrent des charges et donc du déficit foncier dans la limite de 10.700€ par an et par foyer fiscal. Le déficit foncier est reportable pendant 10 ans.

    Plus précisément, les dépenses de travaux représentent entre 40 et 60% de l’investissement global. Cette somme est imputée en tant que déficit foncier pour l’investisseur. Elle est étalée sur une période de 1 à 3 ans en fonction de la SCPI à laquelle l’investisseur souscrit. Toutes ces informations sont connues à l’avance et sont à étudier en détail avant toute souscription.

    La période de collecte et d’investissement dure environ 3 ans pour une SCPI de déficit foncier. La durée de location du parc immobilier est de 10 ans. Durant cette période, l’investisseur encaisse des loyers en plus du déficit foncier généré les premières années. Le patrimoine est ensuite liquidé sur une période de 2 à 5 ans. L’investisseur récupère alors son capital.

    Pour un investisseur qui acquière 50.000 € de part de SCPI de déficit foncier avec une quote-part de travaux à 60%, 30.000 € se rajoutent en tant que déficit foncier. Si la déduction de la SCPI concernée est sur trois ans, environ 10.000€ par an vont être générés dans la case déficit foncier pour l’investisseur.

    Si cet investisseur a par exemple 15.000€ de revenu foncier, avec les 10.000€ de déficit foncier, sa base imposable ne sera que de 5.000 € (15.000 – 10.000).


      Les porteurs de parts doivent les conserver jusqu’à la liquidation du parc immobilier par la société de gestion. L’horizon de détention imposé est en moyenne de 12 à 15 ans. Il est très difficile de revendre ses parts avant cette échéance.

      Plus la Tranche Marginale d’Imposition de l’investisseur est élevée, plus le gain obtenu grâce à un investissement de déficit foncier sera important. L’investissement convient aux contribuables fortement fiscalisés qui ont par ailleurs des revenus fonciers à annuler.

      Il est possible d’investir en SCPI de déficit foncier à partir de 5.000 euros. C’est un des avantages principal d’investir via une SCPI plutôt qu’en direct. Cela permet également de calibrer avec précision le montant souhaité.

      La plus-value correspond à la différence entre le prix de revente des biens et le prix d’achat initial avant les travaux. Il y a donc souvent une forte plus-value imposable. Cependant, grâce à la durée de détention minimum imposée par la société de gestion, un abattement sur la plus-value sera obtenu par les investisseurs.