Le marché de la pierre papier via les SCPI semble mieux résister à la crise du coronavirus. S’agit-il vraiment du meilleur placement en 2021 anti-crise fiable à 100 % ? Les réponses.
L’épisode du coronavirus est l’un des événements marquants de l’année 2020. Il s’est transformé en une crise d’envergure internationale qui a fait trembler les marchés financiers. En France, le secteur de l’immobilier a été impacté par la crise sanitaire.
Les SCPI, quant à elles, ont montré une bonne résistance à la crise sanitaire. Il y a eu certes une chute conséquente du niveau de collecte des SCPI au 2e trimestre 2020, mais les rendements restent au rendez-vous. Le point complet sur les SCPI face à la crise dans cet article.

Les SCPI ont survécu aux différentes crises que le pays a traversé. Entre les années 1990 et 1998, la résistance des SCPI aux aléas de la conjoncture immobilière et la crise de liquidité s’était confirmée. Au milieu des années 1990 (entre 1994 et 1995), le taux de rendement des SCPI est monté en flèche pour atteindre les 8 % à la fin de l’année 1999.
Un marché de gré à gré a été créé par les sociétés de gestion à partir de 1996-1997. Il permet aux associés des SCPI d’y échanger librement leurs parts. La réforme du marché secondaire des SCPI est entrée en vigueur au mois de juillet 2001, avec une généralisation des SCPI à capital variable, pour lesquelles la liquidité des parts a été facilité, avec à tout moment une valeur de retrait pour ceux qui souhaitent revendre leurs parts de SCPI.
En ce qui concerne la crise de 2008, elle a montré la solidité des performances globales des SCPI. Effectivement, leur taux de rendement annuel était de 6 % (en 2007) et 5,73 % (en 2008). C’est nettement supérieur aux taux des produits d’épargne bancaire classiques à l’instar du Livret A.
D’après les chiffres publiés par l’INSEE, les SCPI enregistrent une performance de plus de 8 % par an sur 15 ans (exercices 2002-2017). Elles affichent en parallèle un niveau de risque faible, avoisinant celui des obligations défensives. En d’autres mots, les SCPI présentent un excellent couple risque/rentabilité.
Il convient de souligner que le taux de distribution des SCPI n’a jamais été inférieur à 4 % depuis 2015. En 2019, le taux de rendement moyen s’établissait à 4,40 % (source : IEIF). Néanmoins, les SCPI de distribution ont subi les effets néfastes de la crise sanitaire.

Les loyers perçus par les SCPI
À cause de la crise sanitaire liée à la pandémie du COVID-19, le secteur privé a perdu plus de 450 000 emplois au 1er semestre 2020 (source : INSEE). En conséquence, les Français peinent à payer leur loyer. Même les commerçants se trouvent dans cette situation particulièrement préoccupante. Et comme nous le savons, ils représentent une part non négligeable des activités des actifs détenus par certaines SCPI.
Les mesures de restriction imposées par le gouvernement français interdisent aux établissements recevant du public (ERP) d’ouvrir leurs portes durant la période de reconfinement.
À titre de rappel, il existe différentes catégories de SCPI de rendement disponible sur le marché. Il s’agit, plus précisément, des :

  • SCPI Bureaux ( 36)
  • SCPI Commerces (22)
  • SCPI Diversifiées (29)
  • SCPI Spécialisées (10)

Afin de faire face à la crise de la Covid-19, les Sociétés de Gestion de Portefeuille des SCPI ont dû négocier des reports ou des annulations de loyers avec certains locataires ayant des difficultés financières.
Heureusement, les locataires concernés par ces renégociations ne représentent qu’une part mineure de l’ensemble des locataires. D’autres SCPI affichant un taux de recouvrement compris entre 75 % et 90 % ont procédé à des étalements ou des décalages de loyers.

L’effondrement des marchés boursiers mondiaux a entraîné un vent de panique chez les investisseurs et les épargnants français. Cela se constate également au niveau des volumes de collecte des SCPI du 2e trimestre 2020. Les fonds récoltés par ces véhicules d’investissement dépassent à peine les 900 millions d’euros. C’est faible par rapport à la collecte réalisée au 1er trimestre 2020 (plus de 2,4 milliards d’euros).
En ce qui concerne la collecte effectuée par les SCPI au 3e trimestre 2020, elle a atteint 1 milliard d’euros. Plus concrètement, il s’agit d’une baisse conséquente de – 60 % par rapport à la moyenne trimestrielle des deux derniers exercices (1,73 milliard d’euros).
La chute de la collecte des SCPI est étroitement liée à la crise du coronavirus. En revanche, ces dernières ont distribué des rendements locatifs positifs au cours des neuf premiers mois de l’année 2020. Il faut prendre l’exemple des SCPI Novapierre Allemagne, PF Grand Paris et Eurovalys qui ont enregistré des performances respectives de 3,36 %, 3,06 % et 3 % depuis le 1er janvier 2020.
Antoine Cesari, associé fondateur du site Portail-SCPI.fr, affirme que « plusieurs SCPI de rendement ont versé des dividendes stables au cours des deux derniers trimestres ».
Vendôme Régions et Pierval Santé font également partie des SCPI à suivre de très près en cette période de conjoncture économique morose. Elles affichent des performances respectives de 4,43 % et 3,76 % depuis le début de l’année. Vendôme Régions devrait atteindre un TDVM compris entre 5,90 % et 6,06 % d’ici la fin de l’année 2020. Le TDVM de la SCPI Pierval Santé devrait se situer entre 5 % et 5,05 %.

Les avantages liés à la détention de parts de SCPI sont multiples, lesquels 
La pierre papier séduit toujours un grand nombre d’investisseurs, malgré la crise qui continue de sévir durement les marchés financiers et immobiliers en France et en Europe. Malgré cela, le meilleur placement en 2021( SCPI) conserve tous leurs atouts.
Parmi les nombreux avantages de la SCPI : meilleur placement en 2021, il y a :

  • La mutualisation des risques locatifs grâce à la diversification du patrimoine des SCPI
  • La possibilité d’accéder au marché de l’immobilier d’entreprise à moindre coût (prix acquéreur à moins de 1 000 €)
  • L’absence totale de gestion locative
  • La possibilité de souscrire de manière 100% dématérialisée sans avoir à sortir de chez soi, en cette période de restriction de déplacement

Il est vivement recommandé de faire appel à des experts qualifiés avant de souscrire des parts de SCPI afin de s’assurer que les SCPI sélectionnées sont les plus sécurisées et les plus adaptées aux objectifs patrimoniaux de l’investisseur. Les experts de la plateforme Portail-SCPI se tiennent à la disposition de chacun afin de les accompagner dans leur démarche.

Benoit Yerle
ben[email protected]

Benoît Yerle, diplômé en Ingénierie Economique et Financière de l'Université Paris Dauphine et conseiller en gestion de patrimoine depuis 2013. Expert en SCPI, produits financiers et produits exotiques.

CIF : E009507 Orias : 20009087