risques scpi

L’investissement en SCPI rapporte environ 5% par an aux investisseurs, ce qui est largement supérieur à de nombreux placements. Bien que faibles, il existe toutefois quelques risques à prendre en compte lors d’un investissement en SCPI.

Risque de baisse du prix des SCPI

La bonne santé financière d’une SCPI est fortement liée à de nombreuses variables dont la plus importante, la conjoncture immobilière, donc les fluctuations du marché. Le marché immobilier suit des cycles de hausse ou de baisse, pouvant inciter les SCPI à baisser leur prix de parts, ce qui ne garantit pas le capital investi à l’origine. Fort heureusement, tant que l’on possède des parts, une moins-value restera latente et n’entrainera aucune véritable perte.

En outre, si l’horizon de placement est bien d’une dizaine d’années au minimum comme il est généralement conseillé, l’hypothèse d’enregistrer une moins-value reste faible. En effet, la flexibilité propre aux SCPI octroie la possibilité de pouvoir liquider ses parts lorsqu’on le souhaite et donc à un moment opportun.

Risque de diminution des loyers des SCPI

Une baisse des revenus locatifs est un autre risque pouvant survenir s’expliquant par une diminution du taux d’occupation financier ou une baisse des loyers versés par les locataires. Les sociétés de gestion peuvent toutefois anticiper et contrer une baisse de rendement, à travers la mutualisation du risque (locative et géographique) propre aux SCPI ainsi que par une gestion immobilière active.

Dans le cas où une diminution des revenus surviendrait, les gestionnaires auront tendance à baisser le prix des parts sur le marché secondaire pour les SCPI à capital fixe par exemple, de façon à garantir un rendement suffisant pour les nouveaux souscripteurs. Ces derniers y verront ainsi une belle opportunité d’acquisition des parts.

Risque de défaillance de la SCPI

Si vous n’attribuez pas une confiance aveugle au gestionnaire de votre SCPI, rassurez-vous, la loi a prévu la possibilité d’un transfert de gestion. En effet, en cas de défaillance du gérant, la responsabilité de gestion de la SCPI se verra transférée à une autre structure agréée par l’AMF, même si ce scénario reste très rare.

En cas de difficultés, la gestion de la SCPI n’en sera donc pas affectée.

Il ne faut pas oublier qu’avant de se voir confier la gestion d’une SCPI, les sociétés de gestion doivent au préalable avoir le visa de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF). Celle ci s’assure en amont de la solidité et de la capacité de la société à assurer la gestion d’une ou de plusieurs SCPI.

Les risques des SCPI pour les investisseurs

Les SCPI présentent des risques dont l’investisseur doit prendre connaissance avant d’investir. A côté de ces risques, il existe  des obligations auxquelles la SCPI ne peut se soustraire puisque stipulées par les statuts et règlements desdites sociétés et auxquelles l’investisseur est également soumis.

  •   Responsabilité des investisseurs

Ainsi, il est souvent stipulé que les associés ont une responsabilité à part entière. Celle-ci est cependant limitée au montant de leur apport dans le capital de la SCPI.

  •  Responsabilité du conseil de surveillance

La responsabilité des membres de conseil de surveillance n’est pas nulle en droit, malgré le fait que ce conseil doit s’abstenir de tout acte de gestion. Les conditions nécessaires pour engager la responsabilité sont difficiles à réunir, la nature du risque lié à un placement en SCPI correspondant à celle d’un placement immobilier. Les statuts et la réglementation corrélés à ce type de société apportent cependant des éléments sécuritaires pouvant rassurer l’investisseur.

Les caractéristiques des SCPI

Comme tout investissement, les SCPI présentent des caractéristiques qui leur sont propres.  Ainsi, il faut garder à l’esprit que:

  • Absence de garantie en capital

Comme il a été énoncé plus en amont, le capital injecté dans une SCPI n’est pas garanti. Malgré le succès actuel dont elles font l’objet, les SCPI restent un produit d’épargne lié aux cycles immobiliers. Rappelons qu’entre 1992 et 1998, en pleine crise immobilière, la valeur des parts a été divisée par deux pour la majorité des structures. En revanche, à cette époque les règles de l’AMF n’étaient pas aussi strictes et les investisseurs qui n’avaient pas vendu ont par la suite récupéré cette perte.

  • Investissement long terme

Enfin, il est inutile de songer à investir en SCPI sur le court terme. Effectivement, il est nécessaire de patienter quelques années après l’acquisition de parts pour que l’opération soit rentable en cas de revente. Le plus souvent, il est conseillé de garder la pleine propriété de ses parts une dizaine d’années au minimum, bien que l’on puisse devenir bénéficiaire au bout de  3 ou 4 ans.

Risque d’une bulle immobilière

Beaucoup de personnes se posent la question de savoir si le marché SCPI ne présente pas un risque de bulle immobilière.
Rappelons que ce risque survient dans le cas où les SCPI par leurs investissements massifs, participent à l’augmentation de la valeur des biens  immobiliers et une stagnation des loyers et donc du rendement.
Dans le cadre d’un investissement en SCPI, comme dit plus haut, les risques afférents à la création d’une bulle immobilière sont maitrisés. En effet, la SCPI, de part ses statuts ainsi et surtout par sa politique d’investissement va contenir ce risque et l’éviter par une limitation de la collecte par exemple.
Dans le même ordre d’idées, en cas de revente massive de parts, la SCPI est dans l’obligation de revendre le parc immobilier pour rembourser les porteurs de parts. Dans tous les cas l’investisseur récupère son capital ou une partie de ce dernier en cas de «cataclysme» sur le marché.

Les risques SCPI sont maitrisés

Avant de finaliser une souscription, il est vivement conseillé au futur associé de lire non seulement la note d’information visée par l’AMF, mais aussi les statuts de la SCPI. De même, un potentiel épargnant se sentira plus serein après avoir recherché la nature des immeubles, leur localisation, ainsi que l’identité des locataires. Des firmes nationalement ou mondialement connues sauront à coup sûr rassurer les contribuables.